Venez lire et écrire des commentaires

Pré Alpes du 6 au 12 mai 2018

Allez hop, le moment tant attendu est enfin arrivé, dimanche 6 mai, RDV 7 h 30 sur le parking de la gare de BONSON pour un départ à 8 heures.

A la grande surprise générale, Martinho n’était pas le dernier, ce sont nos amis Sergio et Josette qui ont pris la relève.

Merci à notre Prez d’avoir fait le déplacement, il a donc pu jouer au photographe et surtout jeter un oeil sur l’état des pneus, n’est-ce pas Hervé, on peut compter sur toi ?

Nous voilà donc partis pour une nouvelle aventure :

Col de la République, Bourg-Argental, Andance, Tournon-sur-Rhône,

Arrêt traditionnel pour le café du matin

Saint-Péray, Charmes-sur-Rhone, Etoile-sur-Rhone, Crest, Die,

Eric se rangea alors sur le bas côté de la route pour attendre sa petite troupe, puis soudain

nous entendîmes le bruit d’une petite explosion et un objet non identifié traversa la route.

????????

Vous ne devinerez jamais, la sacoche droite de notre ami CALIMERO s’est consumée en frottant le pot d’échappement et les bombes aérosols qui se trouvaient à l’intérieur ont, quant à elles, explosées.

  

René sortit son couteau suisse et se transforma en MAC GIVER

 

Conclusion sacoche brûlée et foutue, notre CALIMERO se retrouva dépouillé de pantalon, caleçon, déodorant….

Après cette petite frayeur et grosse rigolade, nous reprîmes la route : Luc-en-Diois, St-Pierre d ‘ Argençon,

Aspremont, arrêt pique-nique
Déjà deux groupes se distinguaient, d’un côté nous avions les monseigneurs pour lesquels étaient réservées des tables,

 

Et puis les gueux qui faisaient ripaille à même le sol, qui par chance n’était pas encore mouillé !

 

Après une courte escale mais avec la panse pleine et les vessies vides, tout le petit groupe reprit la route

Serres, Laragne, Sisteron, Digne-les- Bains,

Castellane, petit arrêt de quoi se désaltérer

 

et là pas de chance, une première averse fit son apparition, par précaution, nous décidâmes d’enfiler nos combines, qui devint un rituel tout au long de la semaine.

Un peu compliqué pour certains, heureusement cette fois Josette était parmi nous

Après avoir enfilé tant bien que mal nos combines plus une goutte d’eau jusqu’à notre arrivée au camping.

Les deux féminines, l’une que l’on ne vous présente plus et JOËLLE qui roule en KAWAZAKI ER6

Le Bar-sur-Loup, Pont du-Loup route de la Colle et arrivée au camping « les rives du loup »

En fait ERIC nous a bien eu, on a fait une belle boucle  de presque 500 kms pour arriver à 19 KMS de BONSON, photo à l’appui

 

Tout le monde prit possession de son mobil-home et se faufila vite sous une bonne douche sans combine cette fois…

Le chef montra l’exemple

Il est heureux, 1ère étape réussie, on a quand même frôlé la catastrophe avec notre kamikaze CALIMERO.

Et bien sur le petit apéro bien mérité

Caliméro est content, il vient de lancer une nouvelle mode, le polocramé. Ouf, on a échappé au caleçon !

puis direction le restaurant dans la bonne humeur.

Après cette première journée, tout le monde alla se coucher gentiment afin d’être en forme pour le lendemain.

Lundi 7 mai 2018 :

Départ camping 9h00 Direction Grasse Rdv 10h00 Parfumerie Fragonard visite guidée Direction Castellane, St-Vallier-de-Thiey, col de Ferrier, col de Sine, Oppidum de Castellaras, col de Bleine, clue de St-Auban, Gréolière, Coursegoules, col de Vence, Tourrettes-sur-Loup, Pont-du-Loup, Gorges du Loup, Saut du Loup, Gourdon, puis retour camping. Environ 180Kms

 Une oreille attentive à Eric.

 

 

Arrivée chez FRAGONARD à GRASSE,

 chic Calimero va pouvoir se réapprovisionner en parfum.

 

 

Le vigile du parking s’est proposé spontanément pour nous faire une photo de groupe.

après la visite guidée et pendant que ces dames font des emplettes,

ces messieurs attendent patiemment. CALIMERO n’est finalement pas intéressé, il n’y a pas d’aerosol chez FRAGONARD !

Après quelques emplettes fleuries, nous voilà repartis

 

Arrêt dans un petit village pour le casse-croûte

avec une jolie vue sur nos amis les bêtes

 

Et nous voilà repartis sur de belles routes

 

 

Petit arrêt pour contempler un élevage de bisons

 

Après une journée avec de magnifiques paysages et avant de rentrer au camping petite halte à GOURDON, un des plus beaux villages de France, perché sur un pic vertigineux de 760 m qui surplombe la vallée du Loup. Cet emplacement lui a valu le surnom de « Nid d’Aigle ».

Il a beau se cacher derrière ses lunettes noires, on l’a reconnu et tout le monde se bouscule pour prendre une photo avec notre star.

 

Trop tentantes ces glaces, une petite dégustation s’impose

  A chacun son style, toutefois on reconnaît la plus gourmande.

 avant le retour au camping arrêt au supermarché, Françoise en profite pour changer de monture.

Ensuite retour au camping pour notre apéro quotidien.

Les nostalgiques de la Corse étaient au RDV

Les amatrices de rosé

 Quant à Béatrice, elle nous la joue façon BB

« Je n’ai besoin de personne
En Harley Davidson
Je n’reconnais plus personne
En Harley Davidson
J’appuie sur le starter
Et voici que je quitte la terre
J’irai p’t’être au paradis
Mais dans un train d’enfer »

puis ce fut un dîner avec plein d’émotion

où les flamands roses avaient remplacés les éléphants

Retour aux mobil-homes où Alain et Joëlle payaient un petit coup à boire pour fêter leur adhésion au moto-club

s’enchaînèrent alors pour notre plus grand plaisir quelques blagues avec notre ami MARTINHO

Mais il n’était pas tout seul ce soir là, la concurrence était rude avec MARIE-CLAIRE

et NATHALIE

 

Mardi 8 mai :

Départ camping 9h00, Direction Tourrettes-sur-Loup, Vence, Baou de St-Jeannet, Gattières , Carros le Neuf , Pont Charles Albert , Plan du Var , Pont de la Mescla, Villars-sur-Var, Touet-sur-Var, gorges du Cian, Lieuche puis demi tour, Rigaud puis demi tour,  Beuil, Valberg, gorge de Daluis, Entrevaux, Puget-Théniers, col de St Raphael, La Penne, Sigale, Roquesteron, Gilette, Carros le Neuf , Gattières, Vence, Tourrettes-sur-Loup, Pont-du-Loup puis camping.
Environ 220Kms

Nous quittâmes cette jolie route pour prendre une minuscule route panoramique certes, mais très étroite avec des épingles à vous couper le souffle.

 

après une galère pour pas mal d’entre nous, nous arrivâmes au bout du monde, à LIEUCHE, perché sur son promontoire, au milieu d’un cirque de montagnes boisées, pittoresque à souhait avec ses très anciennes maisons basses en pierre de taille ocre et grise, couvertes de tuiles romaines.

  ouf, la moto-balai, tout le monde est arrivé !

On est tous soulagés d’être arrivés à bon port sans encombres, mais le hic, la seule route pour redescendre était la même que pour la montée. Ce fut le coup de grâce d’ERIC qui se délectait avec ODILE de voir les autres désespérés à l’idée de galérer une seconde fois.

 « Je croyais qu’il n’y avait que THIERRY (le XIII) pour nous trouver des routes comme celle-la ».

 et puis stupeur,

 ça ne pouvait qu’arriver à notre kamikase !

tout doucement après une petite pose les esprits se calmèrent, de toute manière nous n’avions pas le choix !

  

 

 maman est fière de son fiston, mais quand même « fait attention pour redescendre »

Un petit tour aux toilettes pour libérer toutes nos émotions et nous voilà repartis.

 PATRICE repart avec un souvenir, le verrou des toilettes.

mais avant connaissez-vous l’histoire de la construction du lavoir du petit village de Lieuche ? En été l’eau est rare et pour économiser cette eau si précieuse un des anciens maires eut l’idée de construire un lavoir pour que toutes les femmes du village puissent venir y faire leur lessive. Après des discussions qui ont duré des mois pour trouver l’endroit le plus propice pour tous et aussi pour la construction, deux endroits ont été choisis : sur la placette près de l’église ou à côté de l’école…. Finalement le conseil municipal décida de le mettre à côté de l’église. Puis, il y eut encore des discussions sans fin pour savoir la hauteur du lavoir : 0,80 ou 1,20 mètre ? Le maire ne voulait pas que son village se divise à cause de 40 centimètres… Le dimanche de Pâques, à la sortie de la grand’messe, le maire rassembla toutes les femmes en âge de faire la lessive. Il les fit s’aligner, de la plus grande à la plus petite. Il les compta et choisit celle du milieu. Il fit mesurer la hauteur de son nombril : on décida que ce serait la hauteur du lavoir ! Ainsi tout le monde fut content !

 

   

Nous prîmes la sage décision de descendre doucement par petit groupe et de nous attendre plus bas.

puis ERIC nous annonça la suite du programme, c’est-à-dire un aller-retour vers autre petit village perché lui aussi.

Un petit groupe décida de continuer jusqu’à BEUIL où l’on doit se retrouver pour le pique-nique de midi en suivant les gorges du CIANS tandis que les plus téméraires suivirent ERIC jusqu’à RIGAUD.

Le CIANS est un affluent gauche du VAR, il prend sa source dans la Parc National du Mercantour, au pied du Mont Mounier à 2817 mètres d’altitude. Petit torrent alpin tantôt à sec, tantôt impétueux lors de la fonte des neiges, il se jette dans le VAR à 330 mètres d’altitude après s’être frayé 25 kms d’un parcours acrobatique, se faufilant à travers des clues profondes et étroites. Il a taillé dans les schistes rouges puis le calcaire des gorges abruptes parmi les plus bellesd’Europe.

Résultat de recherche d'images pour "gorges du cians"

Image associée

Donc pour certains petit tour par RIGAUD

puis arrêt au passage de la petite clue, au plus étroit des gorges, les deux parois opposées ne sont su’à un mètre l’une de l’autre.

 

Le petit groupe qui était parti directement à BEUIL, arriva dans cette petite station de ski juste avant la pluie, ils en profitèrent pour boire un petit apéro de quoi se réchauffer le moral en attendant le 2ème groupe. Comme celui-ci se faisait attendre et que la météo ne voulait pas être des nôtres, ils commencèrent à manger en s’abritant tant bien que mal.

Le 2ème groupe, moins chanceux a été obligé d’enfiler les combines

Tout le monde à l’abri pour manger un morceau et vite reprendre la route

Découragés, le premier groupe décida de redescendre au soleil au plus vite et laissa leurs valeureux compatriotes qui continuèrent le parcours.

donc un petit groupe se retrouva à Cagnes-sur-mer au sec

sur la route du camping, ils ont récupéré deux égarés qui cherchaient leur route, NATH et FRED qui arrivaient tout droit de SURY-LE-COMTAL pour terminer le séjour avec nous.

et pour le deuxième,

Résultat de recherche d'images pour "humour sur les pneus"

après avoir été bien arrosés tout l’après-midi Geneviève et Bernard arrosaient à leur tous  leurs noces de perle, 30 ans de mariage.

 

 

Et bein chapeau Geneviève, vite oublié les 30 ans de mariage, fais attention tout de même ce type est une bombe !

Résultat de recherche d'images pour "gifs animes explosif"

 

 

 Là, on ne veut même pas savoir ce qui se passe !

Nos chanteurs locaux

 

C’est vraiment que de l’amour ce moto-club, PEACE AND LOVE

 

   

Béatrice est heureuse, elle a trouvé une autre copine blonde

 

Alors là pour les photos ci-dessous, je vous explique. La veille, Noël très fatigué, décida de rentrer se coucher, sauf qu’ arrivé devant son mobil-home, il trouva porte close, il décida alors de passer par la fenêtre des toilettes en montant sur deux chaises. Désolée, mais nous n’avons pas l’atterrissage dans la cuvette des WC. Le pire, c’est que depuis il est amnésique et ne se souvient de rien !

 

Caliméro essaie de convertir Françoise

 « Tu sais FRANCOISE, elle est fait plus de bruit qu’une HARLEY ma SUZUK »

 On peut même adapté un sissy-bar sur ce modèle !

 

 JOSETTE et FRANCOISE étaient parties à la rencontre d’une biche, je ne vous décris pas la réaction de la biche en les voyant arrivées !

 

 

 Nous avons fait la rencontre d’un motard qui se rendait au festival de Cannes pour bosser, il a eu droit à un petit verre pour trinquer avec nous.

après ce fut quelques pas de danse de quoi se mettre en appétit

NATHALIE, la femme multi-tâches

Eric essaie tant bien que mal de se faire écouter

  

JOSEPH a faim

sur le chemin du restaurant

 ce n’est pas l’effet kiss cool, mais l’effet Jean-Mi

 NATHALIE même en multipliant ses partenaires n’arrive pas à obtenir l’effet JEAN-MI.

Finalement, elle se la joue façon cougard

Partie de billard acharnée,  

Mercredi 9 mai : MARINELAND
Très belle journée, sans une goutte de pluie, et avec de très beaux spécimens.
On commence la visite avec un banc de maquereaux,
Petit spectacle de nos amis les dauphins
   
NATHALIE, la dompteuse
 Ils étaient tranquilles, peinards, quand tout d’un coup deux femelles assoiffées d’amour……..

Petite blague :

Quelle est la différence entre une femme et une otarie ?
Réponse : L’une a de la moustache, le ventre graisseux et sent terriblement le poisson et l’autre est un mammifère marin.

 

« A Dada à Dada et fouette, fouette
Fouette, fouette, fouette là
A Dada à Dada et fouette, fouette,
Fouette, fouette, fouette, fouette, là
A Dada à Dada à Dada à Dada »
Spectacle des otaries
 
Les orques
   
ODILE, ERIC, FRANCOISE et JEAN-MICHEL se sont quant à eux échoués sur la banquise avec les manchots « Empereurs royaux »
Ne t’attache pas trop JEAN-MICHEL, ça va être difficile de l’emmener sur la KAWA !
Après cette sympathique journée avec nos amis les mammifères marins, nous sommes repartis tranquillous en s’arrêtant à BIOT, joli petit village, pour se désaltérer, le poisson ça donne soif !
et puis sur la route en direction du camping, petit arrêt obligatoire sur le rond-point de COLUCHE pour une séance « photos »
 
Excusez-moi, je vais gommer cette grosse tâche et on recommence, là c’est mieux !
Puis les couples défilèrent
 
 Désolée, il y a des tâches qui sont vraiment incrustées…
 
 enfin j’ai pu prendre la photo sans tous ces parasites.
et pour clore cette journée, une petite phrase de COLUCHE :
« L’esprit d’équipe… C’est des mecs qui sont une équipe, ils ont un esprit ! Alors, ils partagent ! »
Et puis comme l’apéritif, c’est la prière du soir des français, même apéritif que les jours précédents suivi d’un bon petit repas.
Je suis désolée, mais les photographes ne devaient pas être en forme ce soir là car je n’ai aucune photo.
Jeudi 10 mai :
Départ camping 9h00
Direction Tourrettes-sur-Loup, Vence, Baou de StJeannet, Gattières,  Carros le Neuf, gorges de la Vésubie, St-Jean-la-Rivière,
Utelle, La Madone d ‘Utelle, Lantosque, Roquebillière, St-Martin-de- Vésubie, Le Boréon, col St-Martin, La Bolline, St-Sauveur-sur-Tinée, Roure, Roubion, La Bollinette, Pont-de-Clans, La Courbaisse, Défilé du Chaudan, Carros le Neuf, Gattières,Vence, Tourrettes-sur-Loup, Pont-du-Loup puis camping .
Environ 190 kms
C’est reparti pour un petit tour
 
Petit arrêt, on a perdu la route
 FAUSTO se prend pour un gardien de la paix, ça nous manquait. Et comme disait notre ami COLUCHE « les gardiens de la paix au lieu de la garder, il ferait mieux de nous la foutre ».
chic, aujourd’hui, exceptionnellement, plus on monte, plus le ciel se dégage
Arrivée à la madone d’Utelle,

Lieu de dévotion où se presse chaque année une foule d’habitués ou de touristes, le sanctuaire de la Madone d’Utelle fut fondé en l’an 850. Trois pèlerinages annuels s’y déroulent au départ de La Tour-sur-Tinée (Pentecôte), d’Utelle (15 août) et du Figaret d’Utelle (8 septembre).

La légende rapporte que deux (ou trois) navigateurs espagnols (ou portugais) perdus dans la tempête au large de Nice aperçurent une lumière surnaturelle qui les dirigea vers la Côte. Ils installèrent un oratoire au sommet de la montagne salvatrice, lequel fut détruit, puis reconstruit en 1806 sous forme de chapelle et restauré au milieu du XXe siècle, une route goudronnée permettant l’accès en voiture depuis 1936.

 un peu d’exercice, ça peut pas vous faire du mal !
 « le rouge et le noir ne s’épousent-ils pas ? »
 
 FRANCOISE a perdu le Nord  Euréka, elle l’a retrouvé !
 1er miracle, PATRICE a retrouvé du poil de la bête !
 si, si, sent c’est du vrai !
Certains même, repartirent plus légers, la conscience tranquille, ils ressentaient un bien-être…..
évidemment ils avaient oublié leur passagère !
 
pour les plus athés, ça n’avait pas marché, ils gardèrent leur fardeau
On ressentait en ces lieux, un climat de tendresse, de peace and love
 des idylles nouvelles voyaient le jour,
 mais la dure réalité revenait au grand galop
 ERIC a mis les lunettes, on peut lui faire entièrement confiance, il va faire beau !
Quant à JEAN-MICHEL il s’est reconnu une foi soudaine, et il appelât à lui les brebis égarées afin de les remettre dans le droit chemin (mais là quand même y a du boulot !)
Certains béliers se rapprochèrent du troupeau car ils croyaient reconnaître en Saint-Jean-Michel non pas un missionnaire chrétien mais un prédateur sexuel.
 une belle brochette d’égarés
 Pour ceux qui ont des problèmes de vues, il est écrit « à notre bienfaitrice et amie JOSETTE ». Entre parenthèse, on attend toujours ses bienfaits.
Ci-dessous, une autre sainte, une vraie cette fois-ci, en effet, tout le groupe est passé et repassé devant la statuette de la madone, tout le monde a vu que le bouquet de roses était à terre, mais personne n’a pris le haut risque d’escalader le muret, de sauter le grillage en évitant d’écraser les plantations pour aller relever le vase et son magnifique bouquet, à part Sainte-Françoise.
Cette histoire restera à jamais gravée dans les annales.
 avant
  Sainte-Françoise en pleine action, regardez bien la photo, elle a même une auréole.
 des fidèles ébahis devant tant de courage
 Après
puis après ce magnifique début de journée, nous continuâmes notre chemin de la rédemption….
nous redescendîmes dans la vallée pour faire une halte pique-nique au bord d’une jolie petite rivière.
 enfin un modèle pour moi, na !
Après la sieste, un petit café
et c’est reparti, avec encore le soleil, comme quoi c’est vraiment une sainte journée.
Mais plus on s’enfonçait dans la journée, plus la madone s’éloignait, plus le ciel se chargeait, mais bon ERIC reste confiant…..
   
 
  de la neige, de la fraîcheur, mais il ne pleut pas !
 
 
 
 une blonde une brune, mon coeur balance
 finalement je garde la blonde comme quoi même avec une vieille pétrolette on peut emballer !
 
 
 
et puis soudain ERIC eut une fabuleuse idée « si avant de rentrer on se faisait un dernier petit village perché? » Nous voilà donc partis pour le magnifique petit village de ROUBION.
Un gros nuage noir ne laissait rien prévoir de bon……..
Il n’a pas fallut plus de 5 minutes, après être descendus de nos bécanes, pour qu’une pluie diluvienne s’abatte sur nous. Par chance nous avons trouvé refuge sur la terrasse d’un café où un chapiteau avait été dressé,  nous avons attendus une accalmie pour enfiler désespérément nos combines et reprendre la route.
Le deuxième groupe avait choisi de passer une journée au sec à MONACO.
 SANDRINE en débardeur, juste pour nous narguer, je préfère me fier à la tenue de MARTINHO.
Nous nous retrouvâmes le soir autour de notre rituel pour raconter nos péripéties de la journée.
avant que NOËL ne reperde ses esprits, nous avons fait une reconstitution de son précédent délit,
 je pense pas que tu avais ce sourire là NOËL !
Puis s’enchaînèrent, le bon petit repas, les chansons, quelques pas de danses endiablés et les parties de baby foot.
c’est dur de se faire écouter JOSETTE quand on a VALERIE comme interlocutrice.
Et si VALERIE ne parle pas, c’est qu’elle a la bouge pleine !
 NATH un peu de sérieux, c’est de l’autre côté que ça se passe
 Ha quand même, à nous deux !
JOSEPH est tout à fait d’accord avec COLUCHE : « la bigamie c’est quand on a deux femmes, et la monotonie c’est quand on n’en a qu’une ».
 
désolée pour la qualité des photos, il était tard je pense que les photographes voyaient trouble.
Vendredi 11 mai
Départ camping 9h00
Tourrettes-sur-Loup, Vence, Baou de StJeannet, Gattières, Carros le Neuf, gorges de la Vésubie, Lantosque, La Bollène Vésubie, col de Turini, gorges du Piaon, Sospel, col de Braus, L ‘Escarène, ucéram , LaCabanette, Peira-Cava, La Cabanette, col St-Roch, Coaraze, Contes, Chateauneuf-villevieille, Tourrettes-Levens , Aspremont, Castagniers, Colomars, Carros le Neuf, Gattières, Vence, Tourrettes-sur-Loup, Pont-du-Loup puis camping.
Environ 240Kms
Le groupe d’ERIC n’es pas allé bien loin, la première montée, arrêt pour enfiler les combines, ça devient tellement un exercice quotidien, que l’on devient de plus en plus habiles et rapides.
Résultat de recherche d'images pour "GIFS DE GRELE"
 Et puis avant l’arrivée au col, la pluie ne suffisait plus, il a fallu qu’ERIC commande quelques grêlons pour pimenter un peu le parcours.
Résultat de recherche d'images pour "GIFS DE GRELE"
Col de TURINI
 Ce col est célèbre dans le monde du rallye automobile puisqu’il est emprunté presque systématiquement par le rallye Monte-Carlo.
Les routes accédant au sommet du col comportent de nombreux lacets en épingles à cheveux et de beaux points de vue sur la mer Méditerranée en cas de BEAU TEMPS.
 Certains d’entre nous, se la jouaient et n’avaient pas peur de quelques gouttes et du coup ils n’avaient pas trouvé utile de faire suivre les combines.
bon, allez on redescend du côté de la mer
 
Arrêt pique-nique à SOSPEL avec le soleil
On quitta enfin nos combines, et pour ceux qui n’en avaient pas, ils se trouvèrent fort dépourvus quand le soleil fut revenu et n’avaient pas d’autres solutions que d’étendre leur linge, ils étaient trempes jusqu’aux os.
A qui donc est ce caleçon ?
s’il appartient au propriétaire de la moto ce n’est pas difficile à trouver.
   Pas très confortable, hein mon FREDO ?
 
 
 
 
 
Arrivée à LUCERAM, le village aux crèches

Le vieux village est bâti sur un éperon rocheux, qui domine le Paillon.

En fond de vallée, il est un carrefour de la route du sel qui mène du port de Nice à la Savoie, en passant par la vallée de la Vésubie.

Le village se situe à 650 m d’altitude, à 27 km de Nice.

Les 1000 habitants de ce village s’efforcent de créer la plus belle crèche de Noël.

Plus de 400 crèches uniques et originales sont exposées dans les moindres recoins du village : dans les rues, les caves, l’église, le four à pain du boulanger…

La plus grande mesure jusqu’à 10 mètres de long.

 
 Eric cherche la route la plus ensoleillée pour le retour
 MARTINHO s’est habitué à la combine et ne veut plus la quitter.
   crèche en bonbons
Petit arrêt rafraîchissant avant de rentrer.
 
Quant à notre deuxième groupe qui ont opté pour les lunettes de soleil, ils ont passé une journée tranquille au bord de la mer.
Mais regardez bien les photos ci-dessous, ils ont l’air de s’emm…. non ?
Il vaut mieux chanter sous la pluie que pleurer sous le soleil.
et puis dernier soir, mais avant de commencer les festivités nous voulions remercier ERIC pour nous avoir dénicher toutes ces sympathiques petites routes avec plus d’épingles que de lignes droites, nous avoir fait découvrir de jolis petits villages, perchés si possible, sinon ça ne serait pas marrant et surtout (ça c’est personnel),  avoir occulter les gravillons. ODILE pour avoir supporter ERIC pendant toute cette période de préparation, et JEAN-MICHEL notre pilote moto-balai qui a fait preuve de beaucoup de patience.
 
 en tout cas elle n’en perd pas un gobelet !
Après toutes ces émotions
 BERNARD a tout compris, il a opté pour la bigamie lui aussi.
 Pauvre NOEL, il préfère la monotonie.
et JOSEPH pour conclure, « j’ai bien mangé, j’ai bien bu, j’ai la peau du ventre bien tendu, merci petit Jésus »
Samedi 11 mai 2018
Et comme toutes les bonnes choses ont une fin, il fallut faire nos bagages et prendre le chemin du retour.
Et encore de magnifiques paysages
 
L’ascension du MONT VENTOUX
 
Si vous cherchez bien, vous trouverez notre preuve de passage
 
Ce groupe étant des inconditionnels fans de tracteurs, ils n’ont pas pu s’empêcher de faire une petite photo !
Mais quand même, je ne pouvais pas finir sans vous relater une petite anecdote, en effet, vous vous souvenez notre Prez est venu le jour de notre départ, et de part sa propre expérience il aurait du être un peu plus attentif sur l’état des pneus.
Je ne faisais pas partie du groupe d’ERIC pour le retour mais des mauvaises langues m’ont rapporté que :
notre ami BERNARD (pourtant d’ordinaire sérieux)
ayant roulé tout le séjour
se trouva fort dépourvu au sommet du MONT VENTOUX
quand son fils remarqua l’état désastreux de son pneu arrière
GENEVIEVE fort mécontente le planta et trouva réconfort auprès d’ALAIN
qui prit pitié d’elle et lui proposa de la prendre comme passagère
Quand à BERNARD, il redescendit le MONT VENTOUX
honteux et tête basse
Heureusement, à un quart d’heure prêt, il trouva un garagiste encore ouvert
Au final, toute la petite bande se retrouva à TOURNON pour finir la route ensemble
Mais malheureusement, avec ce fâcheux contretemps
la pluie, la nuit les avaient vite rattrapés
Ils finirent trempés comme des soupes.
Merci BERNARD
Résultat de recherche d'images pour "humour sur les pneus"
Le principal, c’est que tout le monde ait pu rejoindre ses pénates, crevés (mauvais terme, je voulais dire fatigués) mais sans encombres avec tout plein de souvenir dans la tête.
Pour finir, un dicton motard : « Partir, c’est pourrir un pneu »
THE END

 

 

 

 

 

13 réponses à Pré Alpes du 6 au 12 mai 2018

  • Eh oui, c’est quand on y est pas qu’on se dit si j’avais pu participer….on ne peut malheureusement pas tout faire, mais il y aura bien d’autres sorties mais je reconnais que celle ci devait être génial!!!!
    Bravo Eric pour l’organisation et miss pour ton reportage extra encore une fois
    Et bravo et merci aussi à tous les participants 😉

  • Ha putain c.que j.ai raté !!!!! À voir le gros et suptil reportage de Françoise, y a eu tous les ingrédients ( belles balades, beaux parcours, belle région, etc) sans oublier le premier qualificatif de notre moto club :. La Convivialité.
    S’il vous plaît M’sieur ERIC, yen aura d’autres ?

  • Super semaine! Audrey a pu decouvrir ce qu’etait vraiment la moto!
    Merci a Eric pour les parcours et a Jean mi aussi bien sur!

  • Une nouvelle semaine géniale, organisation TOP par la famille Vial… encore merci.
    De la rigolade, des paysages magnifiques et différents d’un jour à l’autre.
    A refaire sans modération. L’article nous replonge dans le bain direct !
    Niveau météo on aura tous appris à piloter sous la flotte…

  • NOUS N AVONS PAS PARTICIPER AUX DERNIERES SORTIES POUR CAUSE DE SANTE
    MAIS JE TROUVE TES REPORTAGES EXCEPTIONNELS FRANCOISE
    NOUS VISITONS TOUS LES REPORTAGES MAI CELUI DU 6 MAI BRAVO ET BRAVO A ERIC ET ODILE EGALEMENT POUR CETTE BELLE ORGANISATION.
    NOUS ESPERONS ETRE DE LA PARTIE L ANNEE PROCHAINE
    ALORS FRANCOISE PERMET MOI DE TE DIRE QUE TU ES UN REPORTERS EXCEPTIONNELLE
    NE CHANGE RIEN
    BISES…..
    ET VIVEMENT QUE LA GREVE PRENNE FIN CAR TES REPORTAGES VONT NOUS MANQUES
    SYLVIE ET ALAIN GROLET

  • Un grand merci à notre Miss Reporter de nous faire revivre cette belle aventure.
    Nous nous sommes délectés de tous ces commentaires humoristiques .Beaucoup de travail et de patience.Merci Françoise
    Nous avons passé une semaine formidable en votre compagnie dans la joie et la bonne humeur
    Comme d ‘ habitude quelques anecdotes croustillantes , n ‘ est ce pas Caliméro , Noel , Bernard …
    Merci à tous de votre confiance et de vos remerciements
    De nombreux villages perchés restent encore à découvrir …
    De nombreuses régions restent encore à explorer …
    Odile et Eric

  • Encore un beau séjour, une super ambiance, merci à vous tous, pour nous ça roule ! Valérie Patrice

  • un grand MERCI françoise pour tes talents de reporter humoristique et instructif….( J’ai encore appris plein de choses…)Je viens de revivre notre semaine avec tous ces lacets et ses « villages perchés »….

    et finalement je vais changer d ‘avis sur les » Harley »…
    Et bien sûr, je ne saurais remercier suffisamment nos guides voyageurs Eric § Odile et jean-mi stacho.. pour sa patience.

    BRAVO à tous les 3 pour cette fabuleuse semaine.

    beatrice

  • Bravo à Eric pour les paysages et les routes fabuleuses, et merci à Françoise qui permet à ceux qui ne sont pas partis de partager ce moment avec ses photos et ses commentaires, c’est comme si on y était .
    Encore Bravo!!!!!!

  • Un Grand bravo à Françoise
    qui permet un partage de cette belle sortie motos
    pour les besogneux
    et Félicitation à Eric pour ce parcours TOP

    Bizzzz

  • quelle beau reportage, j’ai pu partager un peu le séjour avec vous.
    les paysages que vous avez traversé n’ont rien à envier à la corse, dommage que la pluie se soit invité, mais en même temps ça permet d’amortir le matos…….
    biz

  • Bonsoir
    Quel plaisir de revoir tous ces beaux paysages et de revivre ces bons moments passés ensemble. C’était vraiment une belle semaine, malgré la pluie ( mais pas trop quand même) et les charmants petits villages perchés ( il fallait les trouver, merci Eric !)
    Un grand merci, sérieusement, à Eric pour cette organisation et son sens de l’orientation,ainsi qu’à Odile qui l »a soutenu .
    Bravo Françoise pour ton reportage.
    Biz à tous !

  • Tout d’abord un grand MERCI à ERIC car il est quand même le producteur et le réalisateur de cette belle semaine.
    MERCI aussi aux comédiens qui ont joué dans ce long métrage avec joie et bonne humeur.
    J’espère que vous ne me tiendrez pas rigueur si j’ai omis de raconter certaines anecdotes ou omis de publier certaines photos mais me connaissant je vais encore y apporter des modifications pendant quelques jours alors n’hésitez pas à me faire part de vos remarques.
    En tout cas je suis très contente d’avoir participé à cette fabuleuse aventure surtout que les gravillons y étaient très peu représentés.
    Je remercie également ERIC car grâce à lui j’ai amorti l’achat de ma combinaison.
    A refaire sans modération

Laisser un commentaire

Calendrier
<< Déc 2018 >>
lmmjvsd
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6